MarS 2012

by MooX

/
  • Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.

     €1 EUR  or more

     

1.
2.
05:27
3.
4.
5.
6.
7.

about

Aujourd'hui je partage avec vous le fruit de mon travail, élaboré durant une semaine et demi, depuis que j'ai reçu ma nouvelle carte son. Il s'agit d'un défit personnel que je m'étais lancé, faire un petit album d'une trentaine de minute en un minimum de temps, je l'ai ainsi commencé le jeudi 15 mars pour le terminer aujourd'hui lundi 26. J'ai fait en sorte qu'il y ait une évolution entre les sons, ceux-ci sont de styles différents mais ont une inspiration commune, mon vécu.

Ma méthode de travail est simple, je pars en impro avec ma guitare ou mon synthé avec des instruments virtuels puis j'organise l'instrumentale autour de cette impro, avec d'autres impros. Certains pistes sont complexes (spleen infini) d'autres beaucoup moins (dia raro est réalisée en deux prises, sans retouche).

Vous l'aurez compris, il s'agissait pour moi d'une performance à réaliser, un but à atteindre que je m'étais fixé pour me tester, voir jusqu'où mon impro pouvait me mener. J'espère que vous apprécierez l'écouter autant que moi à le faire, maintenant je peux aller faire des nuits normales car comme vous devez vous en douter je n'ai pas beaucoup dormi, entre la fac et les relations sociales il fallait bien trouver du temps pour travailler :)

Si vous aimez partagez pour me soutenir! N'hésitez pas à visiter mon soundcloud pour voir le reste de mes créations: soundcloud.com/themoox de plus vous pouvez voir mes paroles dans les descriptions des chansons.

credits

released 22 March 2012

tags

license

feeds

feeds for this album, this artist

about

MooX Bordeaux

Free multi-instrumentalist and multi-styles music composer. I'm looking for people to create with, so if you have projects or if you want to use my songs just send me a message! I'm not trying to find myself, i'm trying to create it, as much as possible with the others. ... more

contact / help

Contact MooX

Download help

Track Name: Spleen infini (Encarcelarse)
Paralysie mentale, ivresse sentimentale
à travers un monde immense je m'évade sans escale
Parti pour être pris à paraître passif pourquoi pas
Tiraillé, torturé, rempli de haine et de tracas

Alors j'ouvre la veine, car mon cœur est lourd
Te montre ma peine, mais tu me rend sourd
Cachant sans cesse le vrai ne sachant pas se dévoiler
Trop de fois utilisé sans jamais être remercié

Je craque sans cesse, je pète un câble
Malgré l'ivresse, mon cerveau va mal
Il se blesse et mon cœur s'enflamme
Cette tristesse, emporte mon âme

Croire encore au mythe de pouvoir suffisamment partager
Vouloir savoir ne plus être seul mais l'on peut toujours rêver
Même si le fait d'être humain se partage dans notre chagrin
Face à soi même s'ouvrir les veines semble être le seul chemin

Infini spleen, tu me fascine
Avec mes désirs je ne sais plus choisir
Innocente découverte, mouvante et inerte
L'appétit vient à moi lorsque je pense à toi

Une vie de plus me serait fort utile
Tant de chose que je pourrais encore accomplir
Même si pour toi cela peu paraître futile
Il me reste encore l'espoir d'affirmer mes désirs

Je craque sans cesse, je pète un câble
Malgré l'ivresse, mon cerveau va mal

à chaque remontée d'un niveau plus bas que terre
Où je fut projeté par toutes tes exigences
La vie peut en un instant me paraitre un enfer
Tant je m'enferme profondément dans mon adolescence

Savoir accepter la somme des faits
Qui nous renvoient à chaque instant à notre condition
Faire un pas de plus vers la maturité
Bien que jamais atteinte brisant toute illusion

Je craque sans cesse, je pète un câble
Malgré l'ivresse, mon cerveau va mal
Il se blesse, mon cœur s'enflamme
Cette tristesse, emporte mon âme

Par la présente je souhaite témoigner
D'un univers en crise duquel je souhaite m'éloigner
Pouvoir parler, m'exprimer, sans perdre le contrôle
Le blâme du silence tue, petit à petit nous enrôle

Alors je laiss-e filer tant que res-pirer sera ma seul-e récré à moi l'incapable d'aimer
Alors je laiss-e flotter cette ivress-e montante, me bless-e à moitié stress de l'incompétence

Pourquoi parler d'une vie quand on n'peut plus s'projeter
à pars dans sa salle de bain ou au volant d'sa voiture
Comment vivre hypnotisé par la bête enragée
Où le main-stream nous dirige putain de monoculture

Vas-y mec, t'as oublié d'péter ton câble
Ce qui t'a toujours rebuté est sous tes yeux constamment
Mais pourtant au final tu l'aime, en fais ton semblable
Et tu reste seul dans l'ironie de l'instant

Poser puiser paraphraser politiquement perpétué
Balancer bétailliser aux balbutiement de la bataille
Interdire d's'inspirer de leur imaginaire bestial
Le droit d'auteur nous ronge l'individu prime l'œuvre est mise à mal

Si j'sens le b'soin d'raper ainsi sur un riff enivrant
C'est quand même pour qu'técoute pas pour qu'j'te fasse just-du vent
Au pays du non sens le réel n'a pas de prix
Mais ils nous l'ont volé pour faire les pleines pages de Voici

Parfaitement entraînés à savourer les codes
Les choses qu'on nous présente que l'on intègre comme des normes
Alors qu'une autre façon, probablement à l'antipode
D'une bien belle manière te paraîtra dépasser les bornes

Respecter l'interculturalité
N'est pas une chose aisée quand il s'agit d'raper
Mais le tord est partagé par la grande soif du pognon
Qui ronge surtout la vie de ces putains d'bouffons

Ancrage systématique d'une valeur soit disant morale
Individualisme exacerbé humanisme refoulé
Niant toute autre forme de vérité
la télé réalité est bien plus vaste que présentée

Mais pourquoi êtes vous scotchés comme ça par leur discours
Où l'on nous prend pour des moutons que l'on doit couper court
Où notre laine transformée sera leur couverture d'or
Mais nous lutterons pour la garder à la vie à la mort
Track Name: élisez-moi!
C’est parti ça vient de tomber
Les élections françaises prennent le pas sur l’actualité
Dernière ligne droite, tout l’monde est concentré
En oublie la misère du monde et ça c’est à gerber

Quatre morts à Toulouse se transforment en Bowling for Colombine
Bien malgré nous entraînent le peuple dans une faille
Grande ouverte par le martelement, jusqu’à Manaudou
La haine, raciale, l’incompréhension et puis c’est tout

On en oublie tellement de parler de l’essentiel
Au lieu de ça ils ramènent tous tout à l’oseille
Faut croire que le débat public c’est chacun dans son trou
L’illusion démocratique a fait de nous des fous

Belle Europe anti voile, blanche et puissante
Vie décalée via le pognon nous épouvante
Sarko et Merkel nous ont concoctés
Des années entières planifiées d’austérité

Penser, vivre, respirer le pognon
Effacer toute culture tuer la liberté d’expression
Maghreb en ligne de mire et on s’en prend à l’islam
Décalage, culturel, ces sauvages n’ont pas d’âmes

Peine donc à lever le Pen aux élections
Dans ton patelin acoudé au troquet non pas carré mais rond
Chauvinise chammaniquement c’te machination
Terriblement terrifié par c’qui n’est pas ton fion

La clique aux claques qui fracassent tout dans ta boîte
Bourrage de crâne imminent propagande qui déboite
Le tout sans reconstruire simplement démolir
Deséduquer, emprisonner pour bâtir un empire

Si tu as faim tu paieras
Ou la gendarmerie viendra à toi
Si t’as sommeil trouves-toi un toit
Ou personne de toi ne voudra

Si ton gosse est malade et en pleurs
Si t’as même plus de médoc pour ton coeur
Paye ou t’es mort, Ici règne la loi du plus fort

Bienvenue chez nous
Où la vie a un coût
De barre on s’en est tapé
Voyant le monde se dégrader

Le plus con peut sans problème se hisser tout en haut
Par la mécréance nous faire porter le fardeau
D’une économie en crise bien trop mathématique
Noyée dans une nuée de séries statistiques
Alors que le commerce est plus humain que scientifique
Mon portefeuille est extatique dans cet état qui toque tous mes tics

Depuis des années rabâché comme acquis
Qu’il s’agit encore de la seule solution viable
Mais avec ce que j’ai vu de la vie
Je sais à quel point les puissants sont coupables

Il se peut exister une autre économie
Mais Wall Street refuse encore l’ouverture culturelle
J’aimerais tuer marques et icônes, pourquoi pas Voici
Pouvoir voir que tout n’est pas à mettre à la poubelle

Je vote pour une alternative
Que la conscience collective à nouveau vive
Séparée de l'ultra-libéralisme
Abattons froidement leur ethnocentrisme

Redonner aux enseignants l’envie d’étudier
Libérer les arts du droit d’auteur bien trop injustifié
Car encore trop d’artistes oublient leur vécu
Que leurs oeuvres une fois gravées ne leurs appartiennent plus

Alors levons nous et marchons, chantons à l’unisson
Tuons les chiens de gardes pacifiquement par notre expression
La seule liberté étatique est l’premier tour des élections
Je n’ferais pas la fine bouche place au peuple à travers nos créations